La bataille du paiement mobile monte d’un cran avec l’arrivée d’Alipay en Europe ! C’est lors de la conférence Money20/20 Europe, tenue à Copenhague entre le 4 et 7 avril 2016, qu’Alipay, l’application de paiement géré par une filiale d’Alibaba nommée Ant Financial, a annoncé le lancement en Europe de sa solution pour permettre aux touristes chinois d’effectuer des achats à l’étranger (France, Royaume-Uni, Italie, Espagne et Allemagne). « Chose promise, chose faite ! », Ingenico Group a annoncé le 18 août 2016, un partenariat avec Alipay. Le spécialiste français de solutions de paiements électroniques ouvre à Alipay l’accès à sa technologie de paiement de proximité (Axis).

L’application pourra géolocaliser l’utilisateur chinois en Europe et lui envoyer des notifications pour les bons plans (restaurants, offres d’achat, lieux à visiter,…). L’application permettra également aux utilisateurs d’émettre des avis et de noter des lieux. Niveau procédé, lorsqu’un utilisateur voudra finaliser une transaction, un code-barres s’affichera sur son smartphone et le commerçant n’aura qu’à scanner.

Le gain sera immédiat pour ces touristes, qui pourront régler leurs achats avec l’e-wallet Alipay disponible sur leurs smartphones et compatibles avec les terminaux de paiement (TPE) sans contact d’Ingenico déployés dans divers secteurs du commerce physique.

Alipay et Tencent domine le marché chinois

Alipay est l’un des plus grands services de paiement en Chine et est en concurrence avec WeChat Pay, la solution de paiement de l’application de messagerie Wechat, lancée par Tencent (propriétaire de Tenpay), disponible en France depuis le début d’année. Alipay est profondément ancrée dans la vie des consommateurs chinois et est utilisé pour payer les articles en magasin et en ligne pour les produits et services allant de taxis à des restaurants et des vêtements. Il faut dire que Les banques chinoises et UnionPay, sont largement dans le paiement mobile sur le marché intérieur Alipay et Wechat. La solution de Tencent compte déjà 200 millions de cartes de crédit enregistrées à son actif, pour 650 millions d’utilisateurs actifs en moyenne mensuelle. De son côté Alibaba espère que ses 450 millions d’utilisateurs actifs continueront d’utiliser l’application à l’étranger permettant à l’entreprise de tirer profit du nombre croissant de touristes chinois. Ces derniers ont dépensé 215 milliards de dollars à l’étranger en 2015, une hausse de 53 % par rapport 2014. Selon Ant Financial, Alipay aurait été utilisé par 120 millions d’utilisateurs à l’étranger l’an dernier et traite maintenant 170 millions de transactions par jour. En France, avec un nombre de touristes chinois en constante augmentation (plus de 2 millions en 2015) et un panier d’achat moyen le plus élevé (122 euros dépensés en moyenne par passager à l’aéroport Charles de Gaulle en 2014), les touristes chinois sont une cible particulièrement lucrative. Alipay n’a plus qu’à espérer qu’une grande partie de ces dépenses se fera via son application. Sabrina Peng, présidente d’Alipay International, a mentionné lors de la conférence Money 20/20, que la société vise deux milliards de personnes à l’échelle mondiale dans les 5 à 10 prochaines années.

Les partenariats joueront un rôle essentiel

Le choix des partenaires sera essentiel dans l’expansion à l’international d’Alipay. En plus d’Ingenico et son large parc de TPE, l’année dernière, la solution de paiement chinoise a conclu un accord avec Wirecard, une société allemande de traitement des paiements, qui permet aux commerçants utilisant les terminaux de Wirecard, d’accepter les paiements des touristes chinois effectués via Alipay, depuis le mois de septembre 2016. La filiale d’Alibaba n’a pas l’intention d’investir massivement dans les entreprises de paiement en Europe pour l’instant. Ant financial serait en pourparlers avec un certain nombre de partenaires (des institutions financières aux restaurants et théâtres) à travers l’Europe pour les rallier à Alipay, leurs permettant d’observer les habitudes d’achat des consommateurs chinois dans leurs magasins à travers le tableau de bord de l’application.

Une approche différente de ses concurrents

En effet, Alipay ne concurrence pas directement Samsung Pay et Apple Pay qui, selon la société chinoise, ne permettent qu’aux consommateurs d’acheter des articles avec leur smartphone. Au contraire, les moyens déployés pour permettre aux commerçants de mieux comprendre les évolutions de leur marché, sont selon Ant Financial, un moyen efficace de générer plus de revenus; Car comme le souligne Sabrina Peng : « Les commerçants n’ont plus besoin d’une autre solution de paiement; ce qu’ils veulent, c’est plus d’affaires. Nous ne sommes pas un service de paiement, nous sommes plus que des paiements. Le paiement est une partie très critique du cycle de consommation, mais il n’est pas la seule partie de ce cycle ».

Paiement en réalité virtuelle

Ant Financial a dévoilé une nouvelle solution de paiement en réalité virtuelle dont le lancement est prévu en septembre 206. En mars dernier, Alibaba a créé son premier laboratoire de réalité virtuelle dédié aux expériences d’achat. Lors du TaoBao Maker Festival, qui s’est tenu à Shanghai, du 22 au 24 juillet 2016, le géant chinois a présenté Buy+, le premier produit commercial de réalité virtuelle du groupe, qui permettait aux consommateurs de sélectionner des produits et des accessoires avec une vue panoramique à 360° grâce à un casque et de les essayer sur des modèles virtuels avant de les ajouter à leur panier. La nouvelle solution appelée VR Pay, complétera l’expérience d’achat en réalité virtuelle, évitant ainsi aux utilisateurs la nécessité d’enlever le casque pour payer par le biais d’une application mobile. Bientôt, les utilisateurs seront en mesure d’effectuer des opérations de paiement au sein de l’environnement de réalité virtuelle. Lorsqu’ils passeront une commande, VR Pay leur présentera un comptoir de caisse virtuel où ils pourront effectuer une transaction soit en fixant un point pendant quelques secondes ou en faisant un geste « spécifique » de la main en signe de confirmation ou… avec un mot de passe.

 

Extrait du NDP n°159

Autres articles