NDP : Quelle a été l’inspiration originelle, le point de départ pour Ripple ?

N. DUSANE : Ripple a été inspiré par la capacité de la Blockchain à démontrer que les transactions pourraient être effectuées sans un opérateur central, permettant un véritable réseau mondial de valeurs. De plus, Ripple donne la possibilité d’effectuer des transactions en temps réel et dans n’importe quelle monnaie fiduciaire. Comme cas d’utilisation primaire, Ripple est axé exclusive-ment sur le règlement des opérations de change et les transactions transfrontalières. Ripple pense qu’en s’adressant à un marché évalué à 22.5 trillions de dollars, il permettra la réalisation d’un Internet de valeurs (Internet of Value) : un réseau mondial de registres interopérables de tous types, qui permettront de déplacer de l’argent aussi librement qu’on le fait avec une in-formation aujourd’hui.
Résultat de recherche d'images pour "ripple blockchain"Comment décririez-vous sa mission actuelle et ses priorités ?

Ripple est la technologie d’infrastructure bancaire de qualité, qui abaisse le coût de chaque transaction en permettant aux banques de régler instantanément et directement entre elles, avec une visibilité complète et un contrôle sur chaque transaction. La nature « distribuée » de Ripple et le réseau mondial permettent aux banques d’accéder à des transactions plus rapides, plus abordables et certaines.

Quelle est la meilleure façon de décrire la différence entre Ripple et Ripple Labs ?

Le nom Ripple Labs n’est plus utilisé. Ripple se réfère à la fois à la société en tant que fournisseur de technologie d’infrastructure de qualité pour les entreprises, et aux solutions logicielles nouvelles de transaction pour les banques.

Ripple en quelques chiffres ?

Ripple a plus d’une centaine d’employés à travers des bureaux à San Francisco, New-York et Sydney. Grâce à plus de 10 intégrations actives, y compris 12 des 50 plus grandes banques mondiales, plus de 60 pays sont ac-cessibles par l’intermédiaire du réseau Ripple. 2016 promet d’être une année clé pour notre croissance avec l’intégration dans plus de 90 banques en projet.
Cinq ans est une longue vie pour une start-up.

Quelles ont été les étapes clés ?

Ripple a été lancé en 2013 et a atteint un certain nombre de jalons au cours des dernières années, notamment :

  • nommée parmi les 50 sociétés les plus innovantes par le magazine américain MIT Technology en février 2014.
  • l’annonce de la première intégration avec Fidor Bank en Allemagne (avril 2014) ;
  • nommée parmi les 10 sociétés les plus innovantes par le magazine d’affaires américain Fast Company en février 2015 ;
  • nommé pionnier technologique au Forum économique mondial et participation à sa réunion annuelle à Davos (Suisse) en août 2015 ;
  • le lancement officiel des solutions de change (octobre 2015);
  • la publication du protocole Interledger pour l’interopérabilité entre les registres (octobre 2015) ;
  • la clôture d’une ronde de financement série A, y compris avec des investisseurs stratégiques comme Seagate, CME, et une série d’investisseurs mondiaux comme Santander et IDG ;
  • la signature d’un accord avec le goupe SBI Holdings (valorisé à 28 milliards de dollars) en Asie (Janvier 2016) ;
  • l’ouverture bureau Ripple APAC (Asie-Pacifique) à Sydney (avril 2016) ;

Quels sont vos objectifs à court terme et vos cibles potentielles ?

Ripple est axé sur la construction de partenariats avec les banques de toutes tailles, et en a plus de 90 actuellement en projet.

Pourquoi pensez-vous que la technologie « blockchain » est révolutionnaire ? Que peut-elle apporter précisément à la sphère des paiements ?

La technologie blockchain a démontré son potentiel pour régler les opérations de paiement sans opérateur central. Les registres centralisés sont gérés par un opérateur central, tels que Visa ou American Express, ou confirmés par un intermédiaire comme une chambre de compensation ou une banque centrale, pour suivre les transactions au sein d’un système de paiement unique. Les registres distribués n’ont aucun opérateur central et peuvent inclure un large éventail de technologies et applications telles que blockchain, Ripple, etc.. Dans le cas de Ripple, cette approche du grand registre distribué apporte la vitesse, la certitude et des économies de coûts pour le secteur des paiements transfrontaliers évalué à 22.5 trillions de dollars.

Vous avez créé une nouvelle crypto-monnaie : Ripple (XRP). Pourquoi ? Quelles sont les différences entre XRP et Bitcoin (BTC), en particulier en termes de technologie, d’utilisation et d’options ?

Une différence essentielle entre Ripple et Bitcoin, est qu’une transaction Bitcoin nécessite Bitcoin, alors qu’une transaction Ripple peut se régler directement avec une monnaie fiat ou des monnaies numériques. XRP sert de monnaie universelle pour des opérations de change, qui ne sont pas toujours évidentes, contribuant ainsi à réduire le coût total des opérations de change. Bien que XRP puisse constituer un atout intéressant pour les fournisseurs de liquidité, il n’est pas indispensable pour effectuer une transaction, ce qui signifie que les banques peuvent continuer à exécuter des transactions en monnaie fiat uniquement.

Qui en achète (XRP) ? Pour combien?

XRP est utilisé pour faciliter les transactions et n’est pas considéré, ni vendu de la même manière que le pourrait être Bitcoin.

Vous participez activement aux travaux du W3C concernant le paiement sur internet : êtes-vous optimistes quant aux résultats attendus ?

Oui, nous sommes activement engagés avec le W3C et avec le groupe Interledger W3C. Nous croyons à un nouvel internet de valeurs (Internet of Value) et que cela se construira sur de nombreux types de registres – à la fois centralisés et distribués. La clé du succès sera l’interopérabilité sachant que cette dernière sera elle-même dérivée de normes strictes.

Définiriez-vous Ripple comme une entreprise internationale ?

Absolument ! Notre intérêt, en tant que société et technologie, se porte sur les paiements transfrontaliers, et nous avons des bureaux et des relations avec les banques dans le monde entier …Ce qui fait de nous une entreprise internationale par définition et dans la pratique.

Quelles économies et quelles parties du monde, considérez-vous être comme actuellement les plus «ouvertes d’esprit» vers de nouvelles solutions FinTech et crypto-monnaies? D’un point de vue du marché et d’un point de vue réglementaire ? À cet égard, considérez-vous que les Etats-Unis et les marchés européens sont en train d’évoluer au même rythme ?

Ripple voit actuellement une traction importante dans le monde entier. L’Amérique du Nord et l’Europe étaient les deux premiers exemples de succès et continuent de montrer un vif intérêt et une forte adoption, mais la large région d’Asie-Pacifique (APAC) a également manifesté un intérêt certain dans les technologies de grand registre distribué. L’année dernière, Ripple a ouvert un bureau à Sydney pour aider à répondre à cette demande et vient de signer un accord avec la société japonaise SBI Holdings pour développer la technologie dans toute l’Asie.

Extrait du NDP n°158

Autres articles