Avant l’arrivée de la nouvelle vague d’acteurs tels que Linxo, Bankin ou Budget Insight en France, des services similaires existaient déjà Outre-Atlantique depuis longtemps.

Ces acteurs qu’on peut considérer comme les pionniers du genre, ont tout d’abord proposé des services de gestion financières personnelles avant d’évoluer vers des services d’agrégation de comptes.

Ils sont apparus au début des années 1980, dans la foulée de la généralisation de l’informatique personnelle.

Celui qui est généralement considéré comme le pionnier c’est Intuit, créé en 1983 par Scott Cook et Tom Proulx.

Intuit est réellement à l’origine des logiciels de gestion des finances personnelles, rapidement suivi par Quicken, qui rencontra un large succès auprès de nombreux ménages, puis QuickBooks, un logiciel de comptabilité qui s’adresse principalement aux PME et offre des applications de comptabilité entre autres basées sur le cloud (Quicken Online dont une version française est disponible depuis 2015).

Toujours dans les années 1980, Managing-Your-Money, un produit concurrent similaire est introduit par MECA Software, disponible dans un premier temps sur le PC (personal Computer) Apple II, et plus tard sur l’IBM-PC.

En 1990, Microsoft entre en jeu et lance sa propre plateforme appelée Microsoft Money, qui est abandonné en 2009 mais après avoir rencontré un succès avéré. Microsoft collabore d’ailleurs avec Intuit et CheckFree, pour lancer en 1997, le service et le format Open Financial Exchange (OFX), qui a permis à des institutions financières d’échanger des données avec les utilisateurs du Web, ouvrant la voie à un logiciel de gestion des finances publiques en ligne.

Notons qu’aucune de de ces solutions ne fournissait un service d’agrégation de comptes, jusqu’à l’arrivée en 1999 de Yodlee, l’un des leaders du secteur, qui a ensuite été acquis en 2015 par Envestnet pour 660 millions de dollars.

Yodlee est une société américaine de logiciels qui fournit un service d’agrégation de comptes. De plus, Yodlee Labs (anciennement Yodlee MoneyCenter), est une application web gratuite qui aide les consommateurs à visualiser leurs finances en ligne, offre des fonctionnalités telles que le paiement des factures et le suivi des dépenses. Yodlee MoneyCenter à d’ailleurs été utilisé en marque blanche par Boursorama, qui avait lancé un service d’agrégation de compte en 2011.

Une vague d’outils de gestion des finances personnelles est apparue en 2006, dont Wesabe et Mint. Mint n’a pas tardé à être acquise par Intuit en 2009 pour 170 millions de dollars, tandis que le service de Wesabe a été arrêté en 2010.

Selon Jason Knight, ancien CEO de Wesabe, le fait que Mint ait automatiquement fournit l’agrégation de comptes (utilisant la technologie de Yodlee avant son acquisition par Intuit) fut la raison pour laquelle Wesabe a perdu des parts de marché et a dû fermer.

Aux États-Unis, Ces services sont également régulés par la FFIEC (Féderal Financial Institutions Examination Council), qui fournit des directives à travers ses Handbook IT.

Celui sur l’e-Banking encadre les services d’agrégation et souligne qu’au niveau des exigences légales, les services d’agrégation soulèvent trois problématiques principales : la responsabilité dans les erreurs de transaction, la gestion d’actifs et le respect de la vie privée.

Cependant, contrairement à leurs homologues européens, aucune réglementation n’impose aux banques américaines de donner accès aux comptes de paiement de leurs clients.

 

Extrait du NDP n°163-164

Autres articles