NDP 25 : Les M-banking

40,00

NDP 25 : Les M-banking

Catégorie :

Description

Editorial:

Paradis perdus !

Les paradis fiscaux risquent de ne pas survivre longtemps à la crise.

La presse vient de se faire l’écho de la probable mise en cause  par le G20 du 2 avril à Londres des derniers paradis fiscaux qui subsistent.

La très récente mise en accusation du DG de l’UBS  par les sénateurs américains rend cette perspective très crédible.

20 ans après le sommet de l’Arche qui a déclaré la guerre au blanchiment d’argent, ce serait une évolution logique.

En réalité, l’espèce est déjà en voie de disparition. Le 20 janvier dernier un accord a été signé entre le Royaume-Uni et Guernesey, mettant fin au secret fiscal. Après 9 accords comparables de coopération fiscale signé en 2008, c’est le dixième accord signé en ce sens par Guernesey. La semaine passée, un accord a été signé entre la république fédérale d’Allemagne et l’île de Man.

Les paradis fiscaux s’ouvrent aux contrôleurs !

Le dossier:

Il y a un an, nous avions dressé une carte des perspectives de développement du « M-payment »: le paiement par téléphone mobile. Pour les raisons alors analysées, ces solutions en cours d’expérimentation en Europe n’ont pas encore trouvé l’écosystème propice à leur éclosion. Pendant ce temps, sur d’autres continents, une approche plus ambitieuse s’impose. Avec la généralisation du téléphone mobile, de plus en plus intelligent et répandu, et le développement de réseaux de prépaiement et préchargement, voire de retrait auprès d’opérateurs bancaires et non bancaires, l’offre se rénove et le « M-banking » démontre la viabilité de nouveaux business models.

Au sommaire du dossier:

  • M-banking, une vague mondiale
  • Effervescence africaine : le continent des innovations
  • Typologie et clefs stratégiques

Canton y réfléchit:

L’évolution du M-banking résulte à la fois de l’arrivée de nouveaux opérateurs et d’offres de services novatrices. La rapidité du développement de l’adoption de ces nouvelles offres par les consommateurs démontre que le temps de la « révolution des paiements » est venu. Une leçon à tirer des succès africains : techniquement, tout est devenu possible.
Même si les briques technologiques et organisationnelles demeurent sensibles et délicates, exigeant le concours de soutiens compétents et expérimentés, la dynamique apparue est évidente et ne sera pas endiguée.
Toutefois, le foisonnement actuel en Afrique restera singulier. Au-delà de l’expérience acquise dans ces opérations réussies, la généralisation de ces initiatives suppose une remise en ordre à l’égard de laquelle il n’y aura pas d’échappatoire. Etre autorisé à développer un service comparable en Europe suppose d’obtenir le statut d’établissement de paiement. Le contrôle de la monnaie, comme la lutte contre le blanchiment et l’exigence de conformité, en imposeront la nécessité. Il faut donc l’anticiper.

Décodages:

  • Les USA et le SEPA : des champions prennent position
  • Accor services et Mastercard s’allient sur le pré-paiement

Repères:

  • Les chemins de fer Suisses dématérialisent le billet
  • A savoir…