NDP 27 : Identifier : quoi et comment?

40,00

NDP 27 : Identifier : quoi et comment?

Catégorie :

Description

Editorial:

EDITO :  NOIR ?

Passe et manque !

Votre lettre des nouvelles dynamiques du paiement avait annoncé avec un temps d’avance que les paradis fiscaux étaient voués à la perdition. L’actualité et le G 20 ont confirmé cette tendance lourde. Le sommet devait opter pour ou contre la liste « noire »: avoir ou non le courage de désigner les « filous ».

Pour prix de ce courage, il a fallu poser en principe que ni Macao, ni Hong Kong n’en étaient. Et au Delaware, personne n’a seulement songé. Heureusement, quelque érudit s’est rappelé de l’Uruguay qui n’avait rien demandé à personne : donc il sera dénoncé illico !

Pas pour longtemps, une semaine plus tard, le SG de l’OCDE l’annonce: il n’y a déjà plus de pays sur la liste noire. Une nouvelle technique de blanchiment ?

Le dossier:

Identification et authentification ont pris une importance nouvelle. La technologie multiplie les possibilités d’y procéder. Si l’impératif pour les États, les entreprises et les particuliers  reste la sécurité des transactions, il apparaît cependant de plus en plus nécessaire de les concilier avec de réelles garanties en matière de protection de la vie privée. En plus de ces exigences légales, les nouvelles solutions qui se profilent dans les paiements se devront d’offrir aux clients facilité d’usage et confiance. Des standards commencent à apparaître, ils obéissent à quelques règles.

Au sommaire du dossier:

  • Comment les régles évoluent
  • FC2 : l’identification fédérée
  • Les Banques Populaires adoptent vericode de Xiring
  • Valimo utilise les téléphones portables

Canton y réfléchit:

Une personne peut être identifiée par ce qu’elle est, ce qu’elle sait ou se qu’elle possède. Le marché commence à s’habituer aux identifications fortes : celles qui combinent au moins deux de ces trois facteurs. Il répond ainsi à la politique de généralisation de systèmes à 2 facteurs au moins que les industriels préconisent et commencent à imposer. Jusqu’alors, c’est le coût des solutions technologiques qui en freinait le développement. Avec l’inventivité de solutions nouvelles qui se standardisent, les possibilités se multiplient et, souvent, elles viennent opportunément utiliser des outils préexistants. La vraie barrière passera coût industriel au coût culturel d’acceptation pour accorder la confiance.

Décodages:

  • La banque de France publie un rapport sur le SCF
  • BNP / MONEXT oscar des paiements innovants
  • Nokia & Obopay

Repères:

  • Chute du bénéfice d’E-bay en 2008
  • La commission étudie le futur de l’identité numérique
  • A savoir…