NDP 49 : Comment les entreprises conduisent leur préparation au SEPA ?

40,00

NDP 49 : Comment les entreprises conduisent leur préparation au SEPA ?

Catégorie :

Description

Editorial:

SCF, Le retour !

Intervenant le 5 mai dernier à Madrid, à l’occasion du Symposium consacré au projet Monnet, Mme Gertrude Tumpel-Gugerell, membre du Comité exécutif de la BCE, a remis sur le devant de la scène « le troisième pilier » du SEPA le SEPA CARDS FRAMEWORK.

Tout en saluant le travail de l’EPC, elle a aussi émis l’avis que les règles rassemblées dans le rulebook SCF étaient encore trop floues, trop « générales ». Elle a rappelé le souhait d’une définition d’un « card transaction processing framework » et les attentes inaccomplies : séparation entre schemes et processeurs, application de l’interchange du marchand dans les paiements transfrontaliers, … Les progrès sur le registre technique devront s’étendre à la certification pour que « toute carte SEPA fonctionne sur tout terminal SEPA ». Enfin, le European scheme reste attendu : A suivre !

Le dossier:

Dans le prolongement du précédent dossier consacré aux travaux de l’Association Française des Trésoriers d’Entreprise pour réussir la préparation au SEPA, nous examinons aujourd’hui, grâce en particulier à deux cas concrets, des plans de préparation d’entreprise qui ont été adoptés en cohérence avec les préconisations de l’AFTE.
Les contraintes à concilier dans l’élaboration du calendrier de préparation sont utilement éclairées par les résultats du dernier sondage réalisé par cette association. La comparaison internationale montre que les entreprises françaises ne sont pas en avance par rapport à leurs concurrentes, notamment britanniques, dans l’adoption des nouveaux instruments de paiement. Un indice supplémentaire de l’attention qu’il importe désormais de porter aux échéances qui se rapprochent.

Au sommaire du dossier:

  • Gilbert Labbé : la préparation d’EDF au SEPA
  • Olivier Bornecque : la préparation d’AVIVA au SEPA
  • Les résultats de l’enquête trimestrielle AFTE sur la préparation de la migration SEPA par ses adhérents
  • La comparaison avec les autres pays européens

Canton y réfléchit:

Les entreprises françaises commencent à peine à s’intéresser au SEPA. Les adhérents de l’AFTE l’ont fait avant les autres grâce à l’excellent travail d’anticipation et de mobilisation réalisé. Mais ce « peloton de tête » français arrive juste à la moyenne européenne. D’autres Pays européens,  comprenant l’avantage de ces nouveaux moyens de paiements, ont pris une vraie avance compétitive. Deux points méritent en particulier attention : les délais relativement longs de mise en œuvre des projets de cette ampleur, qui n’autorisent plus de retard mais aussi la montées des risques. La Directive sur les Services de Paiement et le Projet SEPA sont cohérents et complémentaires. Les dispositions permettant de contester les prélèvements seront tout a fait adaptées au SDD mais sont déjà applicables depuis la transposition de la DSP. En cas d’incapacité du créancier à produire son mandat, le débiteur aura beau jeu de contester un ou plusieurs paiements. Il n’y a pas encore de cas signalé…mais le risque deviendra maximum à l’approche du terme du délai de contestation ouvert par la DSP. A ce moment-là, il sera bien tard pour se pencher sur la mise en conformité à la DSP. Et ceux qui auront anticipé un passage maîtrisé au SDD sortiront gagnants.

Décodages:

  • Les technologies mobiles dépassent le PC

Repères:

  • Pionnier : e-DINAR Smart passe au paiement mobile
  • Costa Croisière innove avec Ingenico
  • Le programme du prochain forum du paiement mobile
  • A savoir…

Entreprises citées dans ce numéro :

EPC, AFTE, EDF, AVIVA, Apple, Paypal, Google, Microsoft, Twitter, Orange Money, Aquarelle.com, APCM, Ingenico, Costa Croisières, Mobile Payment Expo, SWIFT, EBICS