NDP 96 : Le regard des superviseurs sur les monnaies virtuelles

40,00

NDP 96 : Le regard des superviseurs sur les monnaies virtuelles

Catégorie :

Description

Editorial:

La guerre des titres restaurant aura bien lieu !

Ils sont quatre émetteurs  de ces titres, regroupés au sein d’une « Commission Nationale des Titres-Restaurant »,  qui réunit, autour de l’oligopole  des émetteurs, les représentants des organisations professionnelles d’employeurs, de salariés, de restaurateurs et commerçants assimilés.

Le statut de ces différents titres est défini par la loi française. Le projet de loi en cours de discussion à l’Assemblée Nationale en vue de la transposition de la deuxième directive monnaie électronique aura même pour effet de renforcer ce statut législatif à part puisque le projet tend à faire de l’existence d’un statut législatif spécifique, pour des titres de paiement, un critère d’exception au champ de la monnaie électronique selon la logique du « principe de spécialité ». À bien des égards, ce choix peut se discuter. La plupart des pays européens ont fait entrer ces activités dans le domaine de la monnaie électronique. Une telle option est évidemment plus protectrice des consommateurs et des utilisateurs, notamment en termes de remboursabilité.

Mais c’est sur un autre terrain qu’une première bataille lance la guerre :  la SFPMEI, émetteur de monnaie électronique propriétaire de la marque Moneo, lance une carte Moneo Resto, avec une offre de remboursement en J+2 au lieu de J+30. Juridiquement possible ou pas ? Parions que nous en reparlerons  bientôt !

Le dossier:

Sous le titre « Monnaies locales, l’éternel retour », le dossier de notre numéro 53 se terminait sur cette conclusion : « Les raisons d’être sceptique sur la solidité des perspectives des monnaies locales ou complémentaires ne manquent pas. (…) Et pourtant « elle tourne » :  les autorités publiques, au premier rang desquelles les régulateurs, seraient bien inspirés de prêter attention à un engouement devenu une dynamique ». Conclusion prémonitoire : le  29 octobre 2012, la BCE a publié un rapport sur le thème  des schémas de monnaies virtuelles.. Partant de l’analyse de ce rapport, voyons les questions qu’il traite et  les autres aspects de ce sujet mouvant, mais qui conquiert de forts symboles grâce au soutien de collectivités locales majeures !

Au sommaire du dossier:

  • La BCE propose une typologie des monnaies virtuelles
  • Bitcoin fait son chemin vers… son asymptote
  • Les bitcoins et la théorie économique
  • Nantes lance sa monnaie locale
  • Naples, le Napo : monnaie ou pas monnaie ?

Canton y réfléchit:

La seule existence de cette étude de la BCE est un évènement. La montée du phénomène le justifiait. Pourtant, sa conclusion se limite à la résolution de continuer à le surveiller pour vérifier qu’il demeure « limité ». Quelle définition de limité ? Quel critère ? Il existerait une mesure objective : un volume ou un pourcentage mais rien de tel dans  les conclusions de l’étude. L’autre mesure est subjective : poussé par un courant de sympathie et de prestigieux parrains (publics), le phénomène s’impose dans les esprits. Un autre exemple non cité par la BCE car postérieur : Bitcoin sera la monnaie d’achat proposée en standard sur WordPress qui est le système de gestion de contenus (CMS—Content Management System) open source de référence du Web. La raison des animateurs de WordPress : le Bitcoin garantira la plus grande créativité aux auteurs, sans contrôle étatique. Un succès en soi qui n’aurait pas la même portée si Bitcoin n’était pas limité, par construction.

Décodages:

  • L’essentiel à savoir sur … Keccak, nouvelle référence pour les fonctions de hachage

Repères:

  • Display Card, la carte Mastercard nouvelle génération à écran tactile
  • DME2 : la Commission commence à sévir
  • Le point sur les retards de paiement en France et en Europe

Entreprises citées dans ce numéro :

Altères, Bitcoin, Gemalto, Ingenico, Ville de Paris, MasterCard, Nantes, Naples, Standard Chartered Bank Singapore, PT Integra,